Emploi, carrières et formations environnement et développement durable
Motclé    Secteur    Région   
 

Déposez votre CV
Créez une alerte


Légilocla nouvelle AJ

Twitter Envirojob : La communauté des bons plans emploi !


Toutes les fiches métiers

Ingénieur en imagerie satellitaire : Adaptabilité et curiosité

L’ingénieur en imagerie satellitaire a pour mission d’obtenir des informations sur la géographie des territoires et son évolution.

Audrey Jolivot

Observer la terre depuis l’espace tout en gardant les deux pieds dessus, c’est le quotidien des ingénieurs en images satellites. « L’imagerie satellite permet de réaliser un modèle d’occupation des sols, ce qui nous manque souvent », note Marie-Jo Kaczmar, responsable de l’information géographique de la Dreal Franche-Comté. L’ingénieur en images satellites possède des compétences différentes selon qu’il gère des projets ou bien qu’il interprète des images.

Pour le côté technique, certaines compétences sont similaires au SIG, et doivent être complétées par des connaissances propres à l’imagerie satellitaire. « Ce sont surtout des compétences en matière de traitement de l’image, en grande partie liées à l’utilisation de logiciels », explique Driss Bru, diplômé d’un mastère 2 Traitement d’images orienté télédétection. « Il faut ensuite réaliser des analyses, des calculs d’indice avec les logiciels », ajoute Audrey Jolivot, technicienne en images satellites à la Maison de la télédétection, à Montpellier.

Selon Olivier Germain, chef de projet pour l’entreprise CLS, « il faut intégrer le fonctionnement d’un radar. Il faut donc des connaissances en mathématiques et en traitement du signal. » Enfi n, ce métier change selon la thématique traitée, ce qui demande une grande capacité d’adaptation. Comme ce métier est encore peu développé, les personnes en poste sont surtout des cartographes SIG qui évoluent vers l’imagerie satellite ou qui l’intègrent à leurs missions de sigistes. Marie-Odile Simonot a suivi une formation à la Maison de la télédétection en plus de son travail de responsable SIG à la Draaf Bourgogne. Mais cela ne lui suffit pas pour être autonome. Cependant, les formations initiales intègrent de plus en plus la télédétection, en parallèle avec le SIG.

La Maison de la télédétection propose son mastère Système d’informations localisées pour l’aménagement des territoires (Silat). Différents mastères de géomatique d’universités proposent des cours de télédétection. « Ce métier tend à se démocratiser, grâce à des projets européens comme Sentinel- 2 de l’ESA, qui mettra à disposition dès 2014 des données sur la France entière », s’enthousiasme Driss Bru.

Le projet Géosud, pôle d’excellence porté par AgroParis- Tech, le Cirad, l’Irstea et l’IRD a, lui, déjà permis l’accès à de nombreuses images pour les collectivités et la recherche. Les nombreux atouts de l’imagerie satellite apparaissent ainsi plus visibles.

« La fréquence d’images est plus importante, tous les ans au moins », approuve Marie- Odile Simonot. « La résolution actuelle est équivalente à l’imagerie aérienne alors que cette dernière coûte plus cher », remarque Aurélie Dehoucq, chargée de mission pour GeoTransfert. Comprendre le monde vu de l’espace semble à portée de main.

Groupe Environnement Magazine, CL

Crédits photos : Maison de la télédétection

En savoir plus

> Astrium, Olivier Pronier, tél. : 05 62 19 43 12.
> CLS, Olivier Germain, tél. : 05 61 39 47 00.
> Draaf Bourgogne, Marie-Odile Simonot, tél. : 03 80 39 31 29.
> Dreal Franche-Comté, Marie-Jo Kaczmar, tél. : 03 81 21 67 71.
> Driss Bru, tél. : 06 50 07 96 32.
> Geotransfert, Aurélie Dehoucq, tél. : 05 40 00 83 28.
> Maison de la télédétection, Audrey Jolivot, tél. : 04 67 54 87 54.

L'avis du recruteur