Emploi, carrières et formations environnement et développement durable
Motclé    Secteur    Région   
 

Déposez votre CV
Créez une alerte


Légilocla nouvelle AJ

Twitter Envirojob : La communauté des bons plans emploi !


Toutes les fiches métiers

Nouveau métier : Opérateur de télérelevé

m2ocity, société créée par Veolia Eau et Orange est un nouvel opérateur de télécommunication développant une solution économique et fiable pour les compteurs d’eau et d’autres objets communicant par radio. Mais c’est aussi un modèle inédit de télérelevé interopérable et ouvert au service de la ville durable.

Taïsei Miura, PDG de m2ocity

Une interview de Taïsei Miura, PDG de m2ocity

L’un des avantages du télérelevé pour l’abonné est de pouvoir suivre et analyser sa
  consommation d’eau sur Internet

JCD - Quel est ce nouveau métier d’opérateur de télérelevé ?

Taïsei Miura - Le télérevé, en anglais « smart metering », consiste à transmettre les informations issues d’objets communicants par radio ; en particulier les objets que sont les compteurs pour les grandes utilités, l’eau, le gaz et, également, l’électricité. Le métier d’opérateur de télérelevé consiste à construire puis à exploiter l’infrastructure télécoms qui permet de collecter l’information issue des objets communicants pour enfin la mettre à la disposition des utilisateurs habilités, sur internet.

Ce nouveau métier d’opérateur de télérelevé est en fait celui d’un fournisseur d’accès internet pour des objets communicants.

JCD - Quelle est la spécificité du modèle développé par m2ocity ?

T.M. - Le modèle inventé par Veolia Eau et par Orange est unique aujourd’hui en France. En tant qu’opérateur de télérelevé, la société m2ocity va créer et exploiter une infrastructure télécoms machine to machine (M2M) d’abord pour répondre au besoin local du service public de l’eau puis, va la mettre au service du territoire, en l’ouvrant à tous les clients intéressés (gestionnaires de bâtiments, services de la ville, opérateurs de collecte des déchets, communes, entreprises, etc.).

Les coûts sont ainsi mutualisés, et l’opérateur spécialisé garantit pour ses clients une qualité et une fiabilité du service télécom plus élévées, en les maintenant dans la durée. L’important dans le modèle m2ocity, c’est l’ouverture et l’interopérabilité. On peut raccorder au télérelevé m2ocity tous types d’objets communicants, et tous les acteurs intéressés peuvent bénéficier du service.

Par exemple, des sondes communicantes aident le service de l’eau à localiser les fuites, à améliorer le rendement du réseau ou à mieux suivre la qualité de l’eau dans les réseaux. Les gestionnaires de bâtiments (ex. syndics, entreprises, commerces…) peuvent, avec différents compteurs communicants, mieux piloter leur consommation d’énergie pour réduire la facture ainsi que les émissions de CO2. Les services de la ville peuvent, grâce à, des capteurs communicants, avoir des informations précises et régulières, par quartier ou par rue, sur la qualité de l’environnement urbain, la météo, la pollution de l’air, etc.

Autre exemple, des capteurs communicants raccordés au télérelevé sur les containers d’apport volontaire de verre ou de papier/carton à recycler permettent d’optimiser la collecte en n’intervenant que lorsque ceux-ci sont pleins. Le télérelevé ouvert et interopérable apporte ainsi de nouvelles solutions pour la ville de demain qui contribuent à son développement durable.

JCD - Comment intervenez-vous pour le service de l’eau ?

T.M. - Le service de l’eau donne l’occasion de mettre en place, localement, une nouvelle infrastructure de télérelevé interopérable et ouvert sur le territoire. Aussi, m2ocity fournit le service de télérelevé, soit au délégataire, soit à la régie, selon le mode de gestion du service public de l’eau. Tout d’abord, m2ocity conçoit un réseau de télérelevé adapté au contexte local pour optimiser la couverture d’eau des compteurs communicants et s’appuie sur ses outils et savoir-faire d’opérateur de télécommunications : une première analyse sur carte et sur site permet de concevoir le réseau télécoms et d’identifier les points hauts de la zone à couvrir.

L’outil de planification du réseau, développé par Orange, est utilisé pour optimiser la couverture radio. Puis, m2ocity déploie, en obtenant toutes les autorisations nécessaires, l’infrastructure télécoms constituée de passerelles (installées sur les points hauts) et de répéteurs (qui servent de relais vers les passerelles, lorsque c’est nécessaire). Le service de l’eau se charge de la mise en place d’un module radio sur les compteurs d’eau. Ce module radio, de petite taille, est posé sur chaque compteur ou on remplace le compteur par un « compteur communicant » (qui intègre ce module radio). Les compteurs d’eau communicants sont ensuite raccordés par m2ocity à l’infrastructure télécoms. Ils peuvent désormais transmettre les données de consommation automatiquement via le réseau radio ; on parle alors de « télérelevé ».

C’est le service de l’eau qui se charge
de la mise en place du module radio sur
les compteurs d’eau.

JCD – Quels sont les avantages pour le service de l’eau et pour l’abonné ?

T.M. - La collecte et la transmission quotidienne, de toutes les données émises par tous les compteurs d’eau communicants raccordés au télérelevé, sont les prestations que le service de l’eau souscrit auprès de m2ocity, c’est le « service de télérelevé ». Le télérelevé permet au service de l’eau d’une part, de simplifier la relève des compteurs d’eau pour la facturation au réel et, d’autre part, d’apporter de nouveaux services à l’abonné (notamment lui permettre, grâce à un compte sur internet, de suivre au jour le jour sa consommation réelle ou d’être alerté lorsqu’une fuite d’eau est détectée).

Pour l’abonné, la mise en place du télérelevé par le service de l’eau se traduit généralement par de nombreux avantages tels que :


- Ne payer que pour l’eau réellement consommée (suppression des estimés et de nombreux litiges ou contestations).

- Recevoir rapidement une alerte du service de l’eau en cas de présomption de fuite chez l’abonné.

- Suivre et analyser avec précision la consommation d’eau sur Internet (accès à l’historique des consommations journalières et possibilité de les exporter)

- Fixer des seuils de consommation, afin d’être alerté automatiquement par email ou par SMS lorsque ces seuils sont dépassés, pour une meilleure maîtrise de la consommation d’eau et par conséquent du budget.

Le télérelevé marque souvent une nouvelle étape pour le service de l’eau, en termes de relation client : il permet d’apporter de nouveaux services en ligne généralement très appréciés, de simplifier les démarches avec le service de l’eau, et d’adopter une facturation plus fiable et transparente qui diminue les corrections de factures et les litiges liés aux fuites d’eau.

JCD - Quelle évaluation faites-vous aujourd’hui de votre activité ?

T.M. - Aujourd’hui, avec 600 000 objets communicants raccordés au télérelevé (principalement des compteurs d’eau communicants), m2ocity est le premier opérateur en France. Il traite, stocke et transmet à ses clients plus de 15 millions de messages radio émis chaque jour par les objets raccordés.

En l’espace de deux ans, depuis sa création, m2ocity a raccordé au télérelevé près de 300 000 nouveaux compteurs d’eau communicants, et opère aussi tous ceux qui avaient été installés par Veolia Eau depuis 10 ans. Également, m2ocity a apporté un nouveau modèle de télérelevé ouvert et intéropérable au marché français qui bénéficie d’une demande en forte croissance.

Le télérelevé est une solution de télécommunications, qui vient d’abord de la demande du service public de l’eau, mise au service de l’ensemble du territoire. Le télérelevé m2ocity apporte une réponse innovante aux attentes de la ville de demain.

Journal des Communes Durables, Groupe Environnement Magazine

Crédits photos : DR, France Telecom Orange,

Pour en savoir plus :
> www.m2ocity.com
> www.orange.com

Quelques références en régions

  • Le Syndicat des Eaux de l’Île de France (SEDIF) : un projet en cours depuis deux ans. À terme 550 000 compteurs sur 149 communes autour de Paris. Le plus grand projet en Europe de télérelevé pour le service de l’eau.

  • La Communauté d’Agglomération Havraise (Codah) : Le raccordement au télérelevé de 100 000 compteurs d’eau démarré en 2012 à l’échelle de toute l’agglomération havraise, constitue le plus grand projet de télérelevé pour une régie en France.

  • La ville de Metz : la ville a mis en place le télérelevé opéré par m2ocity, pour 32 000 compteurs d‘eau et utilise désormais le télérelevé ouvert et interopérable pour pouvoir aussi suivre et réduire la consommation d’énergie de ses bâtiments communaux.