Emploi, carrières et formations environnement et développement durable
Motclé    Secteur    Région   
 

Déposez votre CV
Créez une alerte


Légilocla nouvelle AJ

Twitter Envirojob : La communauté des bons plans emploi !


Toutes les fiches métiers

Bio Agriculture : Conseiller bio en chambre d’agriculture

Séverine Chastaing, conseillère bio en arboriculture à la chambre d’agriculture du Lot-et-Garonne, en visite chez des producteurs de kiwis.

En plus de l’animation de la filière bio sur son territoire, le conseiller bio sensibilise
les
agriculteurs conventionnels aux vertus des techniques alternatives.

En trente ans, les conseillers en agriculture biologique (AB) se sont installés dans les chambres d’agriculture. Aujourd’hui, ils sont près de 250, soit 150 équivalents temps plein (ETP), à sensibiliser au bio les agriculteurs conventionnels et à prodiguer conseils individualisés et collectifs aux filières locales via des expérimentations techniques, des formations, l’élaboration de guides ou lettres d’information. Ils exercent en général leur mission dans l’un des huit secteurs de production traditionnellement suivis par les chambres. Mais leur activité n’est pas forcément totalement consacrée au bio.Elle peut inclure du conseil en production conventionnelle ou sur des thématiques environnementales (eau, suivi du plan Ecophyto…).

« Nous sommes des conseillers généralistes en lien avec les besoins de l’agriculture biologique, par nature diversifiée, avec une option technique », explique Séverine Chastaing, conseillère bio en arboriculture à la chambre d’agriculture du Lot-et-Garonne. « Nous travaillons d’ailleurs de manière totalement intégrée avec nos collègues des filières conventionnelles en production végétale. Car notre objectif est de créer des passerelles entre agricultures. C’est en sensibilisant les agriculteurs conventionnels que l’on suscitera de nouvelles conversions au bio », juge Alain Lecat, conseiller bio grandes cultures à la chambre régionale d’agriculture du Nord-Pas-de-Calais et expert national sur les grandes cultures bio.

« Notre réseau national bio s’appuie sur huit experts techniques nationaux, un par production bio, et s’organise autour de référents régionaux AB qui font remonter les besoins en expérimentations et en formation », explique Nicolas Daspres, coordinateur du réseau à l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA). Séverine Chastaingest en charge du groupe technique régional en Aquitaine. « Avant d’intégrer la chambre, j’ai travaillé dix ans pour le développement de la filière AB, auprès des transformateurs et des agriculteurs. Cette expérience est un atout pour l’animation. »

Dans l’Oise, Gilles Salitot est conseiller bio en grandes cultures 70 % de son temps, mission qu’il complète par du conseil en qualité de l’eau. Il coordonne aussi les actions du réseau en Picardie. « J’ai évolué en 2002 vers ce poste, après dix ans comme conseiller en phytosanitaires. Finalement, pour beaucoup de conseillers, on peut aussi parler de conversion. »

Groupe Environnement Magazine, AD

Crédits photos : DR

Aller plus loin

> APCA, nicolas.daspres@apca.chambagri.fr

> Chambre d’agriculture du Lot-et-Garonne, severine.chastaing@lot-et-garonne.chambagri.fr

> Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire, christophe.cardet@maine-et-loire.chambagri.fr

> Chambre régionale d’agriculture du Nord-Pas-de-Calais, alain.lecat@agriculture-npdc.fr

> Chambre d’agriculture de l’Oise, gilles.salitot@agri60.fr


L'avis de du recruteur